Charlas en las montañas…

san andres

Pendant que les échos de Londres nous parviennent de loin, rapellant que l’on ne peut impunément occuper un pays, y faire la guerre, infliger des morts civiles et des morts de jeunes soldats anglais, sans qu’un tel état de choses ne se retourne contre les civils anglais, eux aussi devenus des victimes des attentats. Rumeur lointaine qui résonne neanmoins avec le 11 septembre et son cortège de mexicains travaillant dans le nettoyage a l’heure matinale où les avions entrèrent dans les tours… Chacun ici se demande si les anglais réagiront comme les espagnols pour dire un non définitif à la politique militariste de Blair.

San Cristóbal de Las Casas du nom de Bartolomé de las Casas, prêtre qui prit fait et cause pour les indiens lors de la période coloniale, vit au rythme des touristes et au rythme aussi de ce qui se passe apres la sixième déclaration de l’ EZLN. Les discussions et analyses vont bon train, car personne ne sait comment comprendre le message envoyé par l’ EZLN après l’alerte rouge. Certains, comme le président Fox n’a pas manqué de le faire, y ont vu un signal signifiant le dépôt des armes, la fin de la lutte armée vers une solution politique. D’autres y voient un appel a la société civile mexicaine, à s’unir au delà des luttes portées par les indiens, afin de mener ensemble une lutte pour un autre mexique. Une proposition que les Zapatistes avaient déjà faite en son temps, en 1994 en créant la Convention Nationale Democratique, qui se voulait une initiative rassemblant la société civile afin d’écrire ensemble une nouvelle constitution. Une initiative dont le succès est en demi teinte malgré sa force de convocation: plus de 7000 personnes y participèrent. Il n’en reste pas moins que la proposition de travailler, de discuter ensemble entre les différents secteurs en lutte, qu’ils soient ouvriers, femmes, paysans, indiens, étudiants, n’en reste pas moins une proposition innovatrice. Reste a voir dans les mois qui viennent les organisations qui vont y répondre. Un autre regard y a vu une manière pour l’ EZLN de faire face a une offensive “prévue mais non réalisée” (¿) des forces paramilitaires et de l’armée, faisant suite à la destruction de champs de marijuana en zone autonome zapatiste par l’armée mexicaine. Une manière pour les Zapatistes de devancer une possible escalade…

L’EZLN se trouve confrontée a un mode de gouvernance de la part du president Fox, “qui ne fut pas le president de Coca Cola pour rien” (dixit N), qui, au lieu d’avoir une politique militaire offensive comme elle l’était auparavant, a choisi la voie d’une gouvernance plus postmoderne où il se montre ouvert et communicatif. Il a été le premier à saluer le “dépôt des armes” par l’EZLN et à se mettre à disposition du Subcommandante Marcos mais n’en continue pas moins à mener une politique néolibérale offensive, moins visible aux yeux des médias mais tout aussi dévastatrice pour les populations (appropriation des ressources naturelles, etc..). L’alerte rouge et la sixième déclaration de la Selva Lacandona seraient ainsi une manière de se rendre à nouveau visible à un an des élections présidentielles Mexicaines …

Chacun attend un peu de voir quand l’alerte rouge sera définitivement levée et ce qui va se passer ensuite, en ayant confiance dans la cohérence des zapatistes, et leur détermination à faire ce qu’ils disent… Chose rare au Mexique.

Voici un résumé de ce qui se lit dans les journaux, ce qui se dit dans la rue… Que ce résumé puisse vous ou nous éclairer…

One Response to “Charlas en las montañas…”

  1. ttx says:

    personnellement, le peu que j’ai compris de ces déclarations est bien la “formalisation” d’un cessez-le-feu… affirmant qu’il ne s’agit plus de réitérer les évènements de 94… Pour le reste, comme la lutte est globale (dirais l’autre), nous, à stirling, nous nous sommes sentis un peu indigènes mexicains, un peu palestiens, pour 48h… notre camps encerclé par la police, ne pouvant passer la ligne qu’en montrant papier d’identité et “pattes blanches”… puis ces bombes ont explosé dans la babylone européenne et toutes actions anti-g8 devenait dérisoire…

    pour continuer l’analogie, tu dis “L’EZLN se trouve confrontée a un mode de gouvernance de la part du president Fox, “qui ne fut pas le president de Coca Cola pour rien” (dixit N), qui, au lieu d’avoir une politique militaire offensive comme elle l’était auparavant, a choisi la voie d’une gouvernance plus postmoderne où il se montre ouvert et communicatif.” …
    le gouvernement blair s’est comporté de la sorte avec les noglobal… Pour conclure, les décisions du G8 … je n’en sais même rien… que dire, et que faire non plus 🙂